Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

Recherche avancée

CLES CLES

Accueil > Centres CLES > CLES et enseignement des langues


  • Version PDF

CLES et enseignement des langues

Mis à jour le 4 janvier 2017

Quel lien avec le CECRL ?

Le Certificat de compétences en langues de l’enseignement supérieur est une certification en langues qui a été conçue à partir du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) et met en œuvre l'approche actionnelle prônée.

Approche actionnelle

« Est définie comme tâche toute visée actionnelle que l’acteur se représente comme devant parvenir à un résultat donné en fonction d’un problème à résoudre, d’une obligation à remplir, d’un but qu’on s’est fixé. Il peut s’agir tout aussi bien, suivant cette définition, de déplacer une armoire, d’écrire un livre, d’emporter la décision dans la négociation d’un contrat, de faire une partie de cartes, de commander un repas dans un restaurant, de traduire un texte en langue étrangère ou de préparer en groupe un journal de classe. (CECRL, page 16) ». L'intérêt de l'approche actionnelle réside dans le fait « qu’elle considère avant tout l’usager et l’apprenant d’une langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circonstances et un environnement donnés, à l’intérieur d’un domaine d’action particulier. Si les actes de parole se réalisent dans des activités langagières, celles-ci s’inscrivent elles-mêmes à l’intérieur d’actions en contexte social qui seules leur donnent leur pleine signification. Il y a « tâche » dans la mesure où l’action est le fait d’un (ou de plusieurs) sujet(s) qui y mobilise(nt) stratégiquement les compétences dont il(s) dispose(nt) en vue de parvenir à un résultat déterminé. (Ibid., page 15) ».

CLES et la politique des langues des établissements

La certification CLES a toute sa place dans la politique des langues définie par les établissements d’enseignement supérieur : s’il est de plus en plus courant d’établir des évaluations diagnostiques (test de positionnement) en amont des formations en langues dispensées aux publics LANSAD de manière à s’assurer de l’adéquation entre le niveau de compétence en langue générale des étudiants et les objectifs des formations proposées, il n’est pas moins courant de leur proposer, en bout de course, une certification pour leur permettre de valider de manière externe (en dehors de l’examen de langue propre à chaque unité d’enseignement) les compétences qu’ils ont pu développer à un niveau donné.
Aujourd’hui la plupart des établissements de l’enseignement supérieur fondent leurs offres de formation en langues sur le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). Ainsi, chaque « cours de langue » conçu pour un public LANSAD et orienté vers une forme de pratique de compétences est en soi une aide précieuse pour avancer vers l’obtention d’une certification CLES. La préparation au CLES se fait donc sur le long terme, pour acquérir de façon solide les compétences qui seront validées en fin de parcours par la certification CLES.
Rappelons en effet que le CLES certifie des compétences langagières plus que des contenus linguistiques. Ainsi, il convient dans un premier temps d’avoir une idée précise des capacités du candidat en amont de la formation. Cet « état des lieux » est possible grâce à un certain nombre de tests de positionnement que les établissements mettent à la disposition des étudiants dans le cadre des Centres de ressources en langues (CRL) notamment. Ces tests sont plus ou moins précis et permettent parfois d’identifier clairement quelles sont les compétences à cibler pour évoluer et passer au palier suivant : compréhension orale, écrite, connaissance des structures grammaticales et/ou de vocabulaire pour l’expression écrite par exemple. Les étudiants ont donc la possibilité d’orienter leurs efforts en fonction des points ciblés. En supplément des cours de langues dispensés par les établissements dans le cadre des offres de formation, les étudiants futurs candidats au CLES peuvent participer à des ateliers en CRL et/ou opter pour des parcours en semi autonomie destinés à améliorer leurs performances linguistiques.
Un tel cheminement offre un maillage serré entre évaluation diagnostique, enseignement-apprentissage des langues, examens (évaluation sommative propre à chaque UE ayant vocation à mesurer la somme des connaissances et compétences nouvellement acquises grâce à la formation suivie) et certification (évaluation certifiant un niveau de compétences donné et devant satisfaire aux principes de fiabilité, validité, équité, faisabilité et objectivité). En termes de structuration institutionnelle, le CLES gagne ainsi à être piloté par les structures transversales intercomposantes (de type maisons des langues) chargées de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique des langues à l’échelle d’un établissement ou même d’un groupement d’établissements (COMUE).

Le CLES peut également être un outil pour les Relations Internationales.
Dans la perspective d'une mobilité, l'étudiant détenteur
  • d'un CLES B1 est capable de s'intégrer dans le pays d'accueil,
  • d'un CLES B2 est capable de gérer un contenu informationnel et d'argumenter un point de vue,
  • d'un CLES C1 est capable de participer à la vie scientifique dans son domaine de spécialité.
Le descriptif des compétences certifiées à chaque niveau CLES fournit donc aux responsables des programmes d’échanges des informations précieuses sur les compétences langagières des étudiants candidats à la mobilité. De plus, les établissements partenaires leur demandent parfois de justifier un niveau B2, voire au-delà.

Le CLES et la formation en langue

Le CLES n'évalue pas des contenus linguistiques qui auraient fait l'objet d'un enseignement (selon un programme prédéfini, comme dans le cas d'un examen) mais valide des compétences langagières développées par la pratique sur le long terme.

Le CLES n'est pas non plus un simple test de langues fournissant un score. Les épreuves des trois niveaux de CLES sont organisées sous la forme d’un scénario avec une mise en situation réaliste autour de la thématique retenue pour chaque niveau de CLES. Toutes les tâches proposées sont liées entre elles. Les informations repérées lors des phases de compréhension de l’écrit et de compréhension de l’oral ont pour objectif d’alimenter les phases de production (écrite et orale).

Le CLES s’insère donc parfaitement dans une pédagogie par tâches axée sur la communication. Cette démarche vise prioritairement à développer des facultés d’adaptation à des contextes langagiers multiples et à favoriser l’apprentissage des langues tout au long de la vie.

Toute activité privilégiant la communication et la mise en action permet de développer les savoirs et savoir-faire à mettre en œuvre lors des épreuves CLES.

Le candidat au CLES peut tirer profit d'une palette de situations pédagogiques telles que
  • jeux de rôles ;
  • débats préparés par les étudiants autour d'une thématique complexe d'ordre général ou professionnel ;
  • synthèses à partir de ressources authentiques multiples ;
  • ateliers de conversation avec des locuteurs natifs ;
  • tâches réalistes ancrées dans des situations professionnelles.
 

  • Version PDF

COORDINATION NATIONALE CLES - Université Grenoble Alpes
Centre des langues vivantes (CLV) - CS 40700 - 38058 Grenoble cedex 9